Title of Blog with Visual

Le 14 septembre 2020, Bénévoles Canada a tenu sa 43e assemblée générale annuelle.  Il s’agissait de sa toute première assemblée générale annuelle virtuelle.  Au cours de cet événement, Paula Speevak, présidente et chef de la direction de Bénévoles Canada, a partagé ses réflexions sur les six derniers mois et sur ce que l’avenir nous réservait. Un aperçu de ses propos adaptés pour le blogue Parlons bénévolat figure ci-dessous.

Comme il est merveilleux de revenir ensemble sur l’année qui a pris fin en mars 2020 et de prendre le temps de réfléchir à l’intensité des six derniers mois : une pandémie a éclaté, l’injustice sociale et le racisme ont à nouveau été dénoncés, et un programme de services aux étudiants a dérapé.

L’engagement bénévole dans le contexte d’une crise de santé publique a soulevé de nombreuses questions concernant la façon dont les organismes ont analysé l’évolution des risques et des besoins au sein de nos collectivités.  Bénévoles Canada reconnaît la rapidité de l’intervention du gouvernement du Canada visant à offrir une aide financière aux particuliers, aux employeurs, aux étudiants et aux organismes sans but lucratif qui desservent les populations vulnérables.

À mon avis, les héros de cette histoire sont les 200 centres d’action bénévole qui ont fait preuve de leadership exceptionnel dans toutes les collectivités canadiennes.  J’admire les professionnels en gestion des bénévoles pour leur incroyable capacité à s’adapter et à diriger de manière prompte et compatissante.  Je salue les chefs d’entreprise pour leur réaction immédiate et généreuse aux événements du printemps dernier, et pour leur collaboration avec des partenaires communautaires dans le but d’offrir des services et du matériel essentiels là où on en avait le plus besoin.

Outre l’annulation et le report de nos activités et événements, et malgré la modification de nos services en personne, nous avons été témoins de l’émergence des rassemblements virtuels, des services de soutien virtuels et des communautés en ligne.  Cette transition a fait ressortir d’autres enjeux liés à la cybersécurité, à la protection de la vie privée, à l’accès à la technologie et à l’aisance avec celle-ci.  Ensemble, nous avons abordé toutes ces questions.

Pour plusieurs personnes, le bénévolat constitue un important lien avec la collectivité et donne un sens à leur vie.  Il était donc très éprouvant pour celles-ci de s’en tenir loin, surtout dans le cas des personnes qui vivent seules.  Plusieurs organismes se sont efforcés de joindre leurs bénévoles afin de prendre de leurs nouvelles et d’évaluer les risques d’isolement social.   

Grâce à l’appui de Canada Vie, CIBC, Coast Capital Savings, SAP, First West Credit Union et Emploi et Développement social Canada, Bénévoles Canada a pu rassembler des représentants de centres d’action bénévole, des professionnels de l’engagement communautaire des entreprises et des représentants d’organismes sans but lucratif de partout au pays afin d’identifier les enjeux les plus courants et de voir comment nous pourrions nous entraider en cette époque en constante évolution.  Voici les principaux thèmes de nos discussions :

  • Comment assurer la sécurité de nos bénévoles tout en aidant les personnes vulnérables?
  • Comment passer à un plus grand nombre de rôles bénévoles virtuels?
  • Comment maintenir l’engagement de nos bénévoles pendant la suspension des programmes et des services?
  • Comment célébrer la Semaine de l’action bénévole en période de confinement?

En août dernier, le Conseil sur l’engagement communautaire des entreprises a tenu sa toute première réunion virtuelle afin d’explorer les différents aspects du rôle que joue l’engagement communautaire des entreprises dans le rétablissement et la résilience des collectivités.  Plusieurs chefs d’entreprise ont parlé ouvertement de leurs défis et des nouvelles façons d’aider leurs employés à faire une différence au sein de leurs collectivités.

L’horrible mort de George Floyd le 25 mai dernier et celle de milliers d’autres avant et après lui ont déclenché un mouvement mondial visant à aborder les questions du racisme systémique et de l’injustice sociale.  Chez Bénévoles Canada, nous cherchons toujours de nouvelles façons de mieux nous outiller afin de prendre des mesures respectueuses et significatives. 

Plusieurs organismes des secteurs sans but lucratif et de la bienfaisance ont adopté des valeurs organisationnelles telles que l’inclusion, la diversité et l’équité.  Mais quelle est la signification exacte de ces mots en cette période d’éveil de conscience face à l’injustice et au racisme?  Le but ultime de Bénévoles Canada consiste à améliorer la qualité et la diversité de ses expériences bénévoles, ainsi que la participation à celles-ci.  Qu’est-ce que cela signifie dans notre contexte actuel?

L’automne dernier, en collaboration avec Canada Vie, Bénévoles Canada s’est lancé dans l’étude du rôle que joue le bénévolat dans l’édification de collectivités inclusives, diversifiées et équitables.  Un problème de longue date dans notre secteur est le manque de diversité chez les employés, les bénévoles et les membres des conseils d’administration.  Le Comité sénatorial spécial sur le secteur de la bienfaisance a soulevé cette question dans la huitième recommandation de son rapport.  Comment le fait d’aborder la diversité, l’inclusion et l’équité contribuerait-il à améliorer les problèmes d’injustice sociale et de racisme systémique dans le secteur?  Nous ne le saurons jamais si nous ne nous penchons pas sur la question.

Dans le cadre de nos appels réguliers visant à nous soutenir pendant la pandémie, nous avons recueillis plusieurs réactions et préoccupations concernant l’annonce de la création d’une Bourse canadienne pour le bénévolat étudiant.

En soulevant ces inquiétudes, nous entendions le point de vue des intervenants.  En examinant nos propres valeurs relatives au bénévolat, nous respections la décision de chaque organisme et centre d’action bénévole qui souhaitait déterminer sa propre position.  Nous avons joint nos collègues du secteur afin de réfléchir à certaines des leçons tirées, ainsi qu’à l’incidence possible des histoires connexes qui se sont jouées au cours de l’été. 

Un regard vers l’avenir

Signé en 2001, l’Accord entre le gouvernement du Canada et le secteur bénévole et communautaire décrit les rôles complémentaires que jouent le gouvernement et le secteur en ce qui a trait à la qualité de vie des particuliers et à la résilience des collectivités.  Cet accord articule les valeurs partagées, ainsi que divers principes de collaboration et de responsabilisation mutuelle.  Nous prévoyons collaborer avec d’autres organismes afin de promouvoir l’idée de ressusciter cet accord et, peut-être, d’établir une nouvelle relation en le signant à nouveau à l’occasion de son 20e anniversaire en décembre 2021.

Bénévoles Canada collaborera avec d’autres organismes de leadership afin de produire un document de discussion qui explorera le lien entre le travail et le bénévolat.  Nous poursuivrons nos travaux sur le rôle du bénévolat dans l’amélioration de l’équité, de la diversité et de l’inclusion.  Nous reprendrons notre projet visant à promouvoir la création d’un Centre d’éducation et de filtrage.  Nous continuerons d’explorer les différentes façons d’inclure et d’appuyer le bénévolat informel et les mouvements fondamentaux qui ont connu un véritable essor au cours des six derniers mois.

Le Rapport du Comité sénatorial spécial sur le secteur de la bienfaisance comporte plusieurs recommandations directement liées au bénévolat, notamment l’élaboration d’une stratégie nationale sur l’action bénévole au Canada.  De concert avec les centres d’action bénévole et les organismes provinciaux et territoriaux, nous tenterons de joindre nos homologues gouvernementaux et divers organismes de leadership du secteur afin d’amorcer ce projet. 

J’aimerais conclure en vous témoignant ma gratitude.

Je suis reconnaissantes envers notre incroyable équipe qui a fait preuve de résilience, de souplesse et de solidarité au cours des six derniers mois.  L’excellent travail accompli pour aider les organismes à réagir à la pandémie, pour rapprocher les centres d’action bénévole, pour rassembler les membres du Conseil des entreprises, et pour établir une relation plus significative avec nos membres nous a tous enrichi. 

Tout cela a été réalisé pendant que notre personnel travaillait à distance, gérait un déménagement de bureau, réagissait à un programme de bénévolat étudiant politisé, et s’inquiétait de notre viabilité.  Cela n’a pas été facile.  Bien que nous vivions énormément de stress et de pression, nous sentions également que nous avions un but commun.

Le soutien et la collaboration de nos collègues chez Statistique Canada et Emploi et Développement social Canada ont été grandement appréciés.  Nous apprécions également les efforts de l’ARC et de nos collègues du Comité consultatif sur le secteur de la bienfaisance.

Par ailleurs, je suis reconnaissante envers les membres du conseil d’administration qui ont tendu la main à autrui et redoublé d’effort en cette période de crise.  Je reconnais qu’une telle dynamique imprévisible compliquait grandement la gestion de notre organisme, tout comme le fait que vos propres vies professionnelle et personnelle se trouvaient perturbées.  Je n’aurais jamais réussi à passer au travers de cette période difficile sans le soutien constant, la sagesse, l’encouragement et les conseils pratiques de Jane, la présidente de notre conseil d’administration. 

Enfin, je suis reconnaissante envers vous tous qui nous avez accompagnés pendant cette aventure, « Zoomé » les uns avec les autres, produit d’incroyables outils et ressources, fait des présentations dans le cadre de webinaires, répondu à des sondages, rédigé des articles de blogue, prodigué des conseils financiers, offert un soutien financier, fait du bénévolat, et gardé vos distances afin d’assurer la sécurité de tout un chacun.

Nous avons très hâte de collaborer avec vous tous au cours des années à venir en vue d’améliorer la qualité et la diversité de nos activités bénévoles, d’accroître la participation à celles-ci, et d’édifier des collectivités résilientes et connectées.

Merci.