Une des demandes les plus fréquentes que reçoit notre division de l’Engagement social des entreprises se rapporte à la recherche de statistiques qui prônent l’investissement dans les programmes de bénévolat et de don à l’intention des employés. À ce jour, il existe très peu de statistiques canadiennes. C’est pourquoi Bénévoles Canada s’est associé avec le Conseil des entreprises pour le bénévolat et Great Place to Work pour créer un guide qui s’adresse aux employeurs. Ce guide accompagnera la toute première liste des meilleurs employeurs canadiens pour redonner à la collectivité compilée selon l’opinion des employés. La liste et le guide seront publiés printemps.

D’ici là, voici quelques statistiques utiles en provenance du monde entier afin de prouver la valeur que créent les employeurs qui encouragent leurs employés à donner de leur temps, de leurs talents et de leurs trésors. Elles ont été recueillies afin de préparer la rencontre semestrielle du Conseil des entreprises pour le bénévolat (CEB) de Bénévoles Canada, qui a eu lieu en janvier dernier. Elles proviennent de nos propres recherches relatives aux entreprises et aux organismes à but non lucratif.

Préférences des employés actuels et potentiel

Si on leur donnait le choix entre deux emplois, 68% des Canadiens opteraient pour l’employeur ayant la meilleure culture de bénévolat. (IPSOS Public Affairs Research, Reconnaissance du bénévolat en 2017, Bénévoles Canada, 2017, Canada.)

89% des répondants sont d’avis que les entreprises qui commanditent des activités de bénévolat offrent un meilleur milieu de travail que celles qui ne le font pas. (Sondage de 2017 de Deloitte sur le bénévolat, Deloitte, juin 2017, États-Unis).

92% des répondants qui participent à la prise de décisions d’embauche sont d’avis que le bénévolat améliore les ensembles de compétences professionnelles des employés. (Deloitte Impact Study, Deloitte, 2016, États-Unis)

Les employés qui ne font que donner de l’argent (18%) ou qui ne font que faire du bénévolat (17%) ont un taux de roulement inférieur à ceux qui ne font ni l’un ni l’autre. La plus grande réduction du taux de roulement a été observée chez les employés qui faisaient les deux (12%). (Making the Case for a New Approach to Employee Giving and Volunteering, Benevity, 2018, international).

Une étude de Voluntare dans laquelle l’organisme comparait un groupe témoin et un groupe de BAE a révélé une augmentation de 24% du sens du devoir au travail après la période de bénévolat initiale. Ce pourcentage est passé à 33% dans le sondage de suivi réalisé après douze semaines. (Increasing employee engagement through corporate volunteering, Voluntare, décembre2018, Espagne).

Confiance et attentes de l’entreprise

77% des Canadiens sont d’avis qu’une entreprise peut prendre des mesures particulières pour faire augmenter ses profits,tout en améliorant les conditions socio-économiques de la collectivité où elle se trouve (2017 Edelman Trust Barometer Canada, Edelman, 2017, Canada).

Parmi les milléniaux qui ont une opinion généralement négative des entreprises, près de la moitié (46%) se préoccupent également des changements climatiques ou de la rareté des ressources contre 34% des milléniaux qui ont une opinion positive des entreprises. (Deloitte Millennial Survey 2018, Deloitte, 2018, international).

Mon employeur (75%) est plus digne de confiance que les organismes non gouvernementaux (57%), les entreprises (56%), le gouvernement (48%) et les médias (47%). Ainsi, 76% desrépondants ont affirmé qu’ils aimeraientque les chefs de la direction mènent la charge relative aux changements socio-économiques.Près de 70% desemployés s’attendent à ce que leurs employeurs se joignent à eux pour défendre diverses questions d’intérêt social. (2019 Edelman Trust Barometer, Edelman, 2019, international).

Coûts et économies

Le Canada affiche le quatrième taux de roulement d’employés le plus élevé au monde. En effet, 36% des employés quittent leur emploi pour des raisons liées à leur milieu de travail ou à la culturede ce milieu. (Linked IN, article publié sur le site Web de Canadian HR Reporter, 2018, international).

Dans le cas des répondants qui s’intéressent d’abord au bénéfice net et des emplois qui rapportent 75000$ par année ou moins (ce qui correspond à environ 9travailleurs sur 10 aux États-Unis), le coût habituel du roulement des employés s’élève à 20% du salaire des employés (There Are Significant Business Costs to Replacing Employees, Centre for American Progress, novembre2012, États-Unis).

Pour chaque employé qui participe à un programme de bénévolat, plus de 2400$ de la valeur est générée par l’amélioration de l’engagement des employés. Elle provient de la réduction des coûts associés au roulement et de l’amélioration du rendement des employés (Maximizing the Effectiveness of Corporate Volunteer Programs[webinaire]).Kropp, Brian CEB. Juillet2014, international).

Le taux de bénévolat appuyé par l’employeur (BAE) continue d’augmenter à l’échelle de l’Amérique du Nord. À l’heure actuelle, un Canadien sur trois qui fait du bénévolat le fait par l’entremise de son employeur. Plus il y aura de statistiques (surtout des statistiques canadiennes) pour étayer la proposition de valeur du BAE, plus il sera facile pour les entreprises de prendre des décisions sur les meilleures façons d’aider leurs employés à redonner à leur collectivité.

Avons-nous oublié une recherche? Dans l’affirmative, veuillez en aviser Eric en faisant parvenir l’information à eshirley@volunteer.ca