Nous l’avons maintes fois entendu, quand il est question de multiculturalisme, on dit que les États-Unis sont un creuset et le Canada, une mosaïque. Personnellement, j’aime beaucoup l’image d’une mosaïque multicolore créant une grande identité canadienne supérieure à la somme de ses parties. Puisqu’aujourd’hui, c’est la Journée canadienne du multiculturalisme, c’est un moment propice pour réfléchir à comment rendre le bénévolat plus diversifié!

Les Canadiens sont fiers de leur réputation de peuple accueillant pour les autres cultures, même si on ne sait pas toujours clairement comment mettre cela en pratique de façon signifiante. Afin de nous aider, j’ai communiqué avec divers Centres d’action bénévole qui encouragent le multiculturalisme au niveau du bénévolat et j’ai sondé leurs points de vue sur comment les centres d’action et organismes bénévoles peuvent mobiliser davantage des bénévoles de diverses cultures. Voici un aperçu de qui ils sont et de comment ils favorisent la diversité dans le domaine du bénévolat :

Gina, Bénévoles Ottawa_ Diversité en matière de leadership

Les conseils d’administration sans but lucratif sont en quête de personnes hautement qualifiées aux antécédents divers et les personnes de communautés sous-représentées n’ont pas toujours accès à des réseaux qui leur permettent d’assumer des rôles de leadership au sein de la collectivité. Le programme de Diversité en matière de leadership Ottawa tente de combler les lacunes au niveau des structures de gouvernance en branchant des candidates et candidats qualifiés et formés issus de groupes sous-représentés sur des conseils d’administration sans but lucratif à travers la ville.

Ingrid Brand, consultante interculturelle pour le Centre d’action bénévole – région de Waterloo   

Le Centre d’action bénévole a mis au point des ressources en ligne dans le but d’aider le secteur sans but lucratif à devenir plus inclusif et de fournir aux bénévoles, aux gestionnaires et au personnel des outils et des étapes tangibles pour favoriser la compréhension dans une gamme de contextes.  Ces modules en ligne ont été conçus pour encourager la compréhension de concepts clés associés à l’aptitude à combler l’écart entre les différences culturelles.

Vous trouverez ces ressources gratuites ici (seulement disponible en anglais) :

  1. Cross-cultural Connections
  2. Building Bridges Through Authentic Interactions & Ancillary module

Pourquoi ces Centres d’action bénévole ont-ils décidé de lancer ces initiatives?

Quoique chacun a des raisons spécifiques différentes, le point commun entre toutes ces initiatives, c’est qu’elles profitent à l’ensemble de la collectivité. Quand tout le monde a un sentiment d’appartenance, se sent valorisé et bienvenu, la collectivité entière devient plus résiliente. À mesure que notre société se diversifie, nous devons engager des mesures proactives pour garantir que chaque personne ait l’occasion de s’engager, de faire entendre sa voix et de contribuer.

En quoi cela diffère-t-il de la mobilisation avec d’autres bénévoles?

Ingrid, Centre d’action bénévole nous a dit :

La plupart d’entre nous semblent être en mode pilote automatique culturel lors de nos interactions avec les autres.  La plupart de nos réponses automatiques sont guidées par des scriptes culturels inconscients. Partant de ces scriptes, nous tendons à interpréter et évaluer les comportements des étrangers culturels. Par conséquent, il peut être facile de mal interpréter les comportements des autres.

À titre d’exemple, pensez à quand vous croisez quelqu’un dans la rue. Vous lui dites « Bonjour. Comment ça va?  », puis vous continuez votre route. Et bien, « Comment ça va? », c’est une plaisanterie polie pour des Canadiens, mais une personne d’une autre culture peut être offusquée et se sentir ignorée puisque vous lui demandez comment i.elle va sans prendre le temps d’entendre sa réponse.

Donc, comment éteindre notre pilote automatique culturel? Ingrid recommande une conscience réfléchie et une autoréflexion ancrées dans les connaissances et les habiletés qui favorisent la compétence culturelle. Quand vous avez des interactions avec une personne d’une autre culture, Gina de Bénévoles Ottawa dit qu’il faut porter attention à deux choses :

  1. Être conscient de ses préjugés
  2. Ne pas faire de suppositions

J’embarque! Je commence où?

La diversité, ce n’est pas une liste de contrôle. Pour créer un environnement accueillant où les gens se sentent à l’aise d’être eux-mêmes, il faut aller plus loin. Voici quelques conseils de Gina et d’Ingrid pour vous aider à créer un tel environnement :

Ingrid, consultante interculturelle pour le Centre d’action bénévole  – région de Waterloo

  • Commencez avec votre propre façon de penser.
  • Sensibilisez-vous davantage aux perspectives culturelles.
    Comprenez en quoi votre culture détermine vos attitudes, vos croyances et vos attentes comportementales et comment vous interprétez les comportements des autres.
  • Identifiez vos propres préjugés.
    Nous avons tous des préjugés. Ils existent à un niveau inconscient et même si vous n’en êtes pas conscient, ils peuvent être très visibles aux personnes avec lesquelles vous interagissez dans divers contextes. Comprenez et remettez en question vos suppositions implicites au sujet de groupes de personnes dont les expériences diffèrent des vôtres.
  • Cultivez une attitude de curiosité.
    Ne tenez pas pour acquis que vous avez la réponse. Posez des questions ouvertes.

Gina, Bénévoles Ottawa – Diversité en matière de leadership

  • Encouragez une culture organisationnelle où les individus sont conscients de leurs propres préjugés et sont capables d’être sincèrement ouverts à différentes perspectives.
  • Quand vous êtes en quête de nouveaux membres pour votre équipe, recherchez quelqu’un qui complémente l’équipe plutôt que quelqu’un qui concorde avec elle.
    Quelqu’un qui concorde bien avec le groupe sera comme tous les autres membres de l’équipe et, même si cela peut sembler confortable, cela ne fera pas évoluer les façons de penser et les approches. Quelqu’un qui complémente l’équipe contribuera de nouvelles perspectives ou comblera des lacunes sur le plan de la capacité.
  • La culture et les pratiques de l’équipe doivent accueillir chaleureusement la diversité dans le cadre de la tâche commune, qui consiste à bâtir quelque chose de nouveau.
    Pour être véritablement inclusif, il ne suffit pas d’inviter autour de la table des personnes aux antécédents différents si on leur demande simplement de concorder avec les anciennes façons de faire.

Voici d’autres conseils que j’ai trouvés dans le cadre de mes recherches en vue de cet article :

  • Allez au-delà du mot « bénévole ».
    Dans bien des cultures, le mot ou le concept de « bénévolat » comme on le connait n’existe pas. Il importe d’inclure d’autres mots, comme « aider », « donner » ou « contribuer » qui peuvent être plus familiers aux gens d’autres cultures.
  • Demandez-leur.
    Tendez la main aux groupes culturels et établissez une relation avec eux. Apprenez à connaître leur culture et leurs valeurs pour trouver un terrain d’entente entre la mission de votre organisme et les priorités de ces communautés.
  • Soyez conscients des obstacles cachés.
    Examinez vos politiques internes pour voir s’il y a des obstacles cachés comme un code vestimentaire, un horaire fixe ou des vérifications d’antécédents judiciaire qui pourraient empêcher une personne d’une autre culture de s’engager.

Ce ne sont là que quelques-uns des conseils qui peuvent vous aider à devenir des organismes plus inclusifs et diversifiés, mais ils peuvent faire une énorme différence. Pour en savoir plus, accédez aux modules en ligne du Volunteer Action Centre ou communiquez avec un centre d’action bénévole pour savoir où trouver des programmes comme Diversité en matière de leadership Ottawa pour vous aider.

Posez-vous maintenant la question suivante :

Qu’est-ce que je fais en tant que gestionnaire de bénévoles pour m’assurer que nous tendons la main à des gens de cultures différentes pour les inviter à s’engager? Créons-nous des lieux sains et accueillants pour eux?

Prenez quelques secondes et, tenant compte des conseils et des recommandations ci-dessus, écrivez :

  • quelque chose que vous pouvez faire aujourd’hui pour rendre votre programme de bénévolat plus inclusif;
  • une pratique que vous pouvez intégrer à votre travail au cours du prochain mois;
  • un but pour votre organisme dans trois mois.

Bonne Journée canadienne du multiculturalisme!