Série blogues de la SAB 2019 : Partie 4

Cette semaine, c’est la Semaine de l’action bénévole et nous célébrons le #Facteurbénévole pour élever les collectivités! L’une des choses que j’aime le mieux de cette semaine, c’est la myriade de chaleureuses histoires et de fiers témoignages partagés à travers le Canada par les bénévoles et ceux qui ont profité de leur œuvre. Il est surprenant de constater combien toutes ces fabuleuses histoires de bénévolat sont à la fois très différentes et fondamentalement les mêmes.

En tant que société, notre façon de percevoir le bénévolat change et évolue. Bénévoles Canada définit un bénévole comme : « Toute personne qui met au service des autres son temps, son énergie et ses compétences de son plein gré, sans en attendre de compensation monétaire. » Pour mieux comprendre ce que cela signifie pour les Canadiens, nous avons étudié un nouveau concept évolutif appelé. La Responsabilité sociale individuelle (RSI). La RSI englobe tous les choix que nous faisons pour le bien social, y compris le bénévolat formel dans le cadre de structures organisationnelles, les achats éthiques, le don d’articles ou de fonds et toutes nos actions conscientes en vue de créer un monde meilleur. L’ensemble de valeurs et de motivations uniques de chacun prend une saveur de RSI particulière. Chaque personne et chaque collectivité interprète de différente façon le bénévolat et la RSI selon ses valeurs, ses besoins et ses habiletés.

À titre d’exemple, prenons #Trashtag. Si vous n’en avez pas déjà entendu parler, il s’agit d’un défi en ligne lancé par Byron Román pour encourager les « ados qui s’ennuient » à nettoyer un coin de leur collectivité. Voici l’affichage qui a tout commencé!


« Voici un nouveau défi pour tous les ados qui s’ennuient. Prend une photo d’un endroit qui a besoin d’être nettoyé ou entretenu, puis prends une photo après que t’ai fait quelque chose pour adresser le problème et publie-la. »

Et maintenant, des milliers de personnes (des « ados qui s’ennuient » et autres ) ont nettoyé une rue, un parc, une plage ou une rive et affiché des photos avant et après sur les médias sociaux à l’aide du mot-clic #trashtag.

Ces jeunes devraient-ils être considérés comme des bénévoles? Et vous, les considéreriez-vous comme des bénévoles?

D’après notre définition d’un bénévole, nous pensons que oui! Ils ont tous mis au service des autres leur temps et leurs efforts, sans attendre de compensation monétaire (les J’aime et les retweets ne comptent pas!). Grâce à ce mouvement, des milliers de livres de déchets et d’ordures ont été retirés de l’environnement autour du monde, ce qui démontre que le bénévolat informel (un bénévolat qui ne relève pas d’un organisme formel) peut avoir autant d’impact que le bénévolat formel.

Comment la collectivité façonne le facteur bénévole

Le Facteur bénévole prend une allure différente d’une collectivité et d’un quartier à l’autre. Le bénévolat peut même s’avérer une double solution – aidant autant les bénévoles que les organismes pour lesquelles ils font du bénévolat. Les études ont démontré à maintes reprises que le bénévolat constitue un bon outil pour promouvoir l’inclusion et prévenir l’isolement. C’est pourquoi les centres d’action bénévole à travers le Canada ont des programmes qui ciblent divers groupes de personnes dans leurs collectivités pouvant avoir besoin d’aide additionnelle pour se lancer dans le bénévolat.

La Colombie-Britannique est confrontée à certains des taux de consommation de drogues illégales les plus élevés au pays et les études ont révélé que l’inclusion sociale joue un rôle dans le rétablissement de la toxicomanie. Volunteer Victoria offre un programme d’accès bénévole qui met l’accent sur l’inclusion et le soutien aux personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale ou de toxicomanie et sur la promotion de l’inclusion sociale tout en profitant aux organismes avec lesquels il travaille.

Selon le recensement de 2016, 23 % de la population de la région de Waterloo se compose d’immigrants. Pour les aider à s’intégrer au pays, le Centre d’action bénévole de Kitchener Waterloo offre des outils d’apprentissage en ligne pour aider les nouveaux arrivants à établir des relations fortes et pour les préparer à travailler avec des personnes avec différentes cultures et expériences grâce à Newcomer Connections.

Non seulement les bénévoles appuyés par ces genres de programmes aident-ils à élever leurs collectivités, ils acquièrent un sens du devoir, établissent des relations signifiantes et améliorent leur estime de soi. Et cette réalité s’applique à tous les Canadiens qui font du bénévolat.

C’est facile à voir quand on écoute l’histoire de Igor! Regardez la vidéo pour son histoire inspirante en tant qu’immigrant qui se porte bénévole et mène la charge pour réduire le gaspillage d’aliments dans sa communauté et pour aider ceux qui ont besoin d’un coup de pouce.

Comment les gens façonnent le facteur bénévole

Somme toute, les bénévoles viennent dans tous les formats et dans toutes les grandeurs. Vous n’êtes jamais trop vieux ou trop jeune pour participer activement à la vie de votre collectivité.

Tous ces exemples du Facteur bénévole sont unifiés par un sentiment d’appartenance communautaire, par un sens d’accomplissement et de fierté et par la certitude d’avoir fait une différence. C’est ce que ressentent tous les bénévoles.

Réfléchissez à comment le Facteur bénévole est présent dans votre collectivité et demandez-vous ce qui suit :

En quoi le Facteur bénévole est-il unique dans ma collectivité?

Ai-je reconnu la diversité des bénévoles qui élèvent ma collectivité?

Existe-t-il d’autres façons d’élever les collectivités pour atteindre de nouveaux sommets, misant sur le pouvoir du Facteur bénévole?

Peu importe qui vous êtes, vos défis, votre âge, d’où vous venez ou comment vous contribuez, tout le monde peut être le Facteur bénévole dans sa collectivité!