Vous êtes-vous déjà demandé comment les bénévoles finissent toujours par aboutir aux endroits qui ont le plus besoin de leurs services? Qui s’assure que toutes les brèches sont comblées, que les événements sont bien coordonnés et que les bénévoles se voient offrir des occasions de contribuer significativement à leur milieu? Dans bien des cas, c’est un coordonnateur ou un gestionnaire des bénévoles qui travaille en arrière-scène! Ces professionnels en gestion de ressources bénévoles constituent un important volet du secteur bénévole. En l’honneur de la Semaine de l’action bénévole, nous voulons aujourd’hui mettre en lumière toute la valeur qu’ils donnent au domaine du bénévolat! 

Nous nous sommes entretenus avec Lola Dubé-Quibell, une coordonnatrice des ressources bénévoles au Bureau de santé publique d’Ottawa. Cette dernière compte plus de 15 ans d’expérience en gestion des bénévoles et toute une vie d’expérience comme bénévole elle-même. Elle nous parle de son rôle, de ses grandes ramifications et de ses effets positifs sur le bénévolat au Canada. 

Quel est son rôle, exactement? Simplement dit, son rôle consiste à répondre à un besoin exprimé en ayant recours à des bénévoles. Dans un contexte de santé publique, on peut penser, par exemple, à une mère qui a des difficultés à allaiter son bébé. Un professionnel de la santé, comme une infirmière, évalue les besoins de la mère, puis communique avec Lola pour trouver une bénévole dûment formée capable de venir en aide à cette mère.

Lorsqu’on a demandé à Lola de faire part d’expériences de bénévolat qu’elle jugeait les plus précieuses dans le cadre de ses fonctions de coordonnatrice, elle  a vite produit une longue liste de récits et de bienfaits. Voici quelques faits saillants : 

  • un réfugié syrien qui a subi un traitement de canal depuis longtemps nécessaire de la part d’un dentiste bénévole, ce qui lui a donné un regain de confiance en soi 
  • un aîné qui a déclaré que son médecin était émerveillé par son progrès suivant une crise cardiaque, progrès  qu’il attribuait aux bénévoles qui l’avaient encouragé à marcher et à faire de l’exercice
  • une bénévole qui a aidé plusieurs mères qui avaient des difficultés à allaiter et qui disait ne pas avoir imaginé que le bénévolat pouvait être aussi amusant
  • un bénévole qui avait besoin d’une recommandation pour être accepté à la faculté de médecine et qui a été accepté
  • une bénévole qui a envoyé une lettre de remerciement parce qu’elle avait obtenu un emploi en raison de ses expériences bénévoles.

À titre de coordonnatrice facilitant ce genre de connexions, Lola constate et célèbre chaque jour les résultats du bénévolat, pas seulement ceux générés par ses propres efforts, mais aussi ceux observés à travers les yeux des nombreuses personnes qu’elle a aidées à trouver des occasions de bénévolat. Quand on lui demande ce qu’elle  retire de ces expériences, Lola répond : « Grâce à mon expérience comme coordonnatrice des bénévoles, je me sens plus branchée sur ma collectivité et je suis plus consciente de ce que le bénévolat peut contribuer à ses membres ».

D’un point de vue de santé publique, Lola croit que le bénévolat peut aider à régler certaines iniquités au niveau des déterminants de la santé. Les déterminants de la santé sont des facteurs sociaux, économiques et environnementaux – y compris des choses comme le niveau de scolarité, les réseaux de soutien, l’accès aux soins de santé et le niveau de revenu – qui déterminent l’aptitude des gens à vivre en bonne santé. 

Les bénévoles peuvent aider à améliorer ces facteurs. À titre d’exemple, un bénévole dans une bibliothèque peut soudainement avoir accès à des ressources et des connaissances dont il ne soupçonnait auparavant pas l’existence. Une bénévole active dans le domaine du théâtre communautaire est exposée à l’art, à la culture et à de nouveaux réseaux communautaires. Ce ne sont là que quelques exemples qui confirment en quoi l’action bénévole peut enrichir la vie des bénévoles et améliorer leur accès à des choses qui rehaussent leur qualité de vie et  leur santé et qui leur donnent du bonheur. D’autre part, il est également clair que les bénévoles contribuent à la santé des clients qu’ils desservent dans le cadre de leurs fonctions bénévoles.

C’est ce que Lola décrit comme le transfert des connaissances et la mobilité des connaissances. Les bénévoles acquièrent de nouvelles connaissances, un meilleur accès, des compétences et des réseaux et leurs contributions communautaires leur donnent confiance en leurs capacités : connaissances transmises par des professionnels, des formateurs, des coordonnateurs et autres bénévoles. Ils sont ensuite en mesure  de convertir ces nouvelles connaissances en mesures concrètes dans le cadre de leurs activités bénévoles et de les transférer en les partageant avec les gens qu’ils desservent. En outre, chaque bénévole a sa propre sphère d’influence; les choses que les bénévoles apprennent en faisant du bénévolat se ramifient et sont partagées avec des gens qu’ils connaissent dans d’autres sphères de la vie. La valeur du bénévolat fait boule de neige, a une grande portée etson élan prend de plus en plus d’ampleur. 

Les gestionnaires et les coordonnateurs de bénévoles constituent une composante de la grande mosaïque du bénévolat et ils aident à donner le coup d’envoi. Ils excellent dans la capitalisation de la valeur des bénévoles, surtout les connexions, s’assurant que les bénévoles sont placés là où on a le plus besoin d’eux. Merci à Lola de vous avoir donné un aperçu de son rôle. De la part de nous tous, à Bénévoles Canada, merci à tous les professionnels en gestion des ressources bénévoles. Nous célébrons la valeur que vous donnez au monde du bénévolat!