Huit pour cent des bénévoles canadiens redonnent à leur collectivité parce qu’ils sont obligés de le faire (Statistique Canada).  Le service communautaire obligatoire prend plusieurs formes : étudiants qui doivent accumuler un certain nombre d’heures de bénévolat pour obtenir leur diplôme; personnes qui doivent faire du bénévolat pour recevoir ou augmenter leur aide sociale; et personnes à qui le tribunal a ordonné de faire du bénévolat à titre de peine de substitution.

Bien que l’engagement des participants aux programmes de service communautaire obligatoire comporte certains défis, ces bénévoles peuvent représenter une source d’énergie nouvelle pour votre organisme.  De plus, ces programmes constituent une introduction au bénévolat pour plusieurs personnes qui, autrement, n’en aurait jamais fait.

Voici les cinq principaux points dont vous devez tenir compte au moment d’engager des personnes qui font du service communautaire obligatoire.

  1. Conception du poste
    Votre responsabilité est envers votre mission.  Vous devez donc évaluer les besoins de votre organisme afin de déterminer si un programme de service communautaire obligatoire y conviendrait.  Renseignez-vous sur les exigences du programme, c’est-à-dire sur le nombre d’heures requises, la durée de l’engagement et les horaires.  Un des avantages du service communautaire obligatoire est le fait que les participants peuvent être disponibles pendant les heures de travail normales et combler ainsi certains créneaux horaires difficiles.

    Assurez-vous que les compétence et les connaissances dont vous avez besoin sont couvertes par le programme ou faciles à enseigner.  Pensez à créer de nouveaux postes qui abordent les limites du programme, tels que des projets ponctuels ou des postes qui n’exigent aucune aptitude particulière.

  2. Recrutement
    Faites des recherches sur les programmes de service communautaire obligatoire dans votre région et déterminez s’ils répondent aux besoins de votre organisme.  Communiquez avec les organismes qui coordonnent les programmes qui vous semblent intéressants afin d’obtenir des renseignements supplémentaires.

    L’expérience peut prendre la forme d’un processus de recrutement, car les participants qui constatent l’incidence de leurs efforts pourraient décider de prolonger leur engagement après la période d’engagement requise.

  3. Filtrage
    Ne comptez pas uniquement sur le filtrage réalisé par les responsables du programme.  Suivez les 10 étapes du filtrage afin de vous assurer que le participant est apte à combler le poste vacant au sein de votre organisme.  Renseignez-vous sur le type de filtrage effectué par les responsables et obtenez toute autre information dont vous avez besoin.

    Pendant l’entrevue, mettez davantage l’accent sur ce que le candidat est prêt à faire ou ce pour quoi il est le plus qualifié plutôt que sur ce qu’il aimerait faire.

  4. Orientation et formation
    Plusieurs participants pourraient ne pas connaître votre organisme ou votre cause.  De plus, ils se peut qu’ils n’aient aucune expérience de travail ou de bénévolat.  Il est donc important d’offrir une séance d’orientation portant sur votre organisme et sur la cause que vous défendez.  Vous devriez notamment aborder divers renseignements de base concernant les bonnes habitudes de travail, la présentation personnelle, les codes vestimentaires, les limites et les conséquences en cas d’erreur ou de mauvais rendement.  Soyez patient et distribuez une version écrite de cette information à tous les participants afin qu’ils puissent la consulter en tout temps.  Pensez à mettre en œuvre un système de copains afin de jumeler les participants avec des bénévoles d’expérience.

  5. Soutien continu et reconnaissance
    Les participants auront vraisemblablement besoin d’un appui plus soutenu que les bénévoles traditionnels, et leurs superviseurs pourraient avoir besoin de formation et de temps supplémentaires pour les gérer adéquatement.  Soyez clair au sujet des normes de rendement et ayez en place un processus transparent pour la prise de mesures correctives en cas de non-respect de ces normes.  Déterminez combien de temps vous pouvez consacrer à l’amélioration de leur travail et si certains incidents pourraient entraîner le renvoi d’un participant.  Une tenue de livre supplémentaire pourrait être nécessaire, surtout en ce qui a trait à la documentation de l’assiduité.

    Assurez-vous d’offrir des occasions de rétroaction bilatérale afin d’améliorer votre programme de service communautaire obligatoire pour vos futurs participants.  À mesure que vous vous renseignerez sur leurs compétences et leurs intérêts, vous pourrez adapter vos postes afin de mieux répondre aux besoins des bénévoles et de votre organisme.

    Même si les formes de reconnaissance plus traditionnelles risquent de plaire moins aux participants à un tel programme, il est tout de même important de souligner leurs contributions.  Un compliment, une lettre de référence et un peu de souplesse peuvent aller loin lorsqu’il est question de témoigner votre gratitude.

Lorsqu’ils sont mis en œuvre correctement, les programmes de service communautaire obligatoire ont le potentiel de faire accroître le degré de soutien accordé au secteur sans but lucratif.  Comme dans le cas de l’engagement bénévole traditionnel, il n’existe pas de formule unique en ce qui a trait aux programmes de service communautaire obligatoire.  Par-dessus tout, apprenez à connaître les participants afin de développer une relation mutuellement avantageuse.