Il doit y avoir une meilleure façon d’appuyer les pratiques de filtrage au Canada!  Non seulement des modèles efficaces ont-ils été développés en Australie, en Irlande du Nord et en Écosse, mais plusieurs juridictions canadiennes ont élaboré leurs propres méthodes desquelles nous pouvons tirer d’excellentes leçons.  De plus, de nombreuses pratiques novatrices ont été mises en place par d’importants organismes prêts à partager leurs expériences.  Bénévoles Canada collabore avec Deloitte Canada afin de réaliser une étude de faisabilité et de dresser un plan d’activités en vue de la création d’un centre d’éducation et de filtrage des bénévoles.  Nous co-animerons diverses consultations et un sondage en ligne afin d’appuyer ce travail. Cette étude sera financée par Sécurité publique Canada.

Commençons par la définition changeante du bénévolat.

Bien que la sécurité constitue toujours une priorité pour les organismes qui travaillent au sein des collectivités, Bénévoles Canada a adopté une perspective élargie du filtrage en mettant l’accent sur trois principaux objectifs :

  1. Meilleur jumelage des compétences et de l’expérience des gens avec les besoins et les occasions des organismes;
  2. Amélioration de la qualité et de la sécurité des programmes et des services dans les collectivités;
  3. Réduction des risques et de la responsabilité des personnes et des organismes (extrait du Guide sur le filtrage).

Avec les années, nous avons atteint un meilleur équilibre entre la sécurité des collectivités et l’inclusion sociale.  Nous reconnaissons que nous avons tous quelque chose de précieux à donner et que le bénévolat contribue autant à façonner nos collectivités qu’à offrir des services. 

Bien que nous ayons fait beaucoup de chemin depuis les années 90 lorsque nous avons amorcé nos travaux dans ce domaine, nous devons toujours aborder certains mythes relatifs au filtrage.

Les pratiques de filtrage vont au-delà dusimple processus de sélection.  Il s’agitd’un processus continu qui s’amorce bien avant le recrutement et se poursuittout au long de l’engagement d’une personne (voir Les 10 étapes du filtrage).

Le filtrage va au-delà d’une simple vérification du casier judiciaire.  Il faut également préciser qu’il ne revient pas aux services de police de déterminer si un candidat convient à un poste ou à un organisme.

Même si un casier judiciaire comporte une mention, cela ne signifie pas que la personne doit être exclue de toute forme de bénévolat.  Il suffit de déterminer les risques réels associés au poste et de trouver la bonne personne pour le combler.

Quels problèmes tentez-vous de résoudre?  Il existe actuellement un manque de cohérence.

  • Incohérence à l’échelle du pays en ce qui a trait aux pratiques, aux politiques et à la manière dont les vérifications du casier judiciaire sont effectuées.
  • Manque de transférabilité des vérifications effectuées pour chaque poste.
  • Confusion entre les organismes quant au moment et au type de filtrage et de vérification policière selon les risques identifiés.
  • Durée et coût de certains types de vérifications du processus de filtrage.

Lors d’une table ronde coanimée par Bénévoles Canada et Deloitte Canada, différents leaders des secteurs public, privé et sans but lucratif se sont rassemblés afin de se renseigner sur divers programmes nationaux et internationaux.  À partir des commentaires recueillis lors de la table ronde de 2017, un nouveau modèle a été présenté pour le centre d’éducation et de filtrage des bénévoles proposé (voir diagramme ci-dessous).  

En prenant soin d’intégrer les leçons tirées des modèles internationaux et des juridictions canadiennes, les participants ont soulevé les points suivants :

  • les stratégies de communication doivent sensibiliser les organismes à la portéedes politiques et des pratiques de filtrage, notamment en vue de déterminer dansquelles situations les vérifications du casier judiciaire doivent être exigéeset permises;
  • vérifications selon la personne ou le poste : une des approches possibles pourrait consiste à créer trois ou quatre types de vérifications alignées avec les degrés de risque.  Les postes génériques peuvent ensuite être classés selon les types de vérifications exigées et permises;
  • cohésion interjuridictionnelle : les acteurs provinciaux et territoriaux doivent s’engager activement et les systèmes doivent être harmonisés dans la mesure du possible.

Leadership dans le secteur public: Sécurité publique Canada et la GRC sont essentiels à l’établissement du modèle proposé.  Certaines questions ont été soulevées :

  • Cette initiative sera-t-elle dirigée ou mise en œuvre par le gouvernement?
  • Quel rôle joueront les fournisseurs de services du secteur privé?

Engagement du secteur : plusieurs participants issus d’importants organismes sans but lucratif ont offert de partager leurs expériences relatives à leurs propres politiques et pratiques internes. Plus particulièrement, les offres suivantes ont été faites :

  • Recherches sur les incidents organisationnels et les données des rapports,
  • Modèles à utiliser pour les pratiques de filtrage, notamment pour l’évaluation du risque et la prise de décisions.

Contribuez à la discussion!  Aidez-nous à mieux comprendre les complexités du filtrage des bénévoles au Canada en répondant à notre sondage en ligne.  Les résultats donneront à l’équipe de Deloitte Société privées les données dont elle a besoin pour préparer une étude de faisabilité et un plan d’activités exhaustifs.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le travail que nous effectuons sur le filtrage, veuillez écrire à pspeevak@volunteer.ca et consulter nos ressources à benevoles.ca/filtrage.